Liber Draconis

Forum dédié à la Magie et aux autres sciences occultes traditionnelles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Spiritualité et stupéfiants

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 02:55

Sculler

MessagePosté le: Samedi 17 Sep 2005 3:12

Je débute là une série d'articles sur les rapports devenus ambigus entre la spiritualité -et je veux englober sous ce vocable toute démarche prétendant élever l'esprit- et des produits qui avaient à l'origine un caractère sacré et sont devenus par la perte du sens et l'accroissement de l'asservissement des sociétés humaines aux profits financiers des drogues et stupéfiants.

Je traiterai des sujets suivants :

1) le miel et les sucres

2) l'alcool

3) le tabac et autres plantes à fumer

4) les encens et parfums

5) les hallucinogènes

A suivre donc.

Sculler.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 02:56

Kalaxa


MessagePosté le: Dimanche 18 Sep 2005 4:17

J’ai hâte de te lire…
_________________
Une teigne, c’est comme un mur.
Si on lui rentre dedans trop souvent,
on finit par se faire mal...



amil


MessagePosté le: Dimanche 18 Sep 2005 6:13

Je dois avouer ,avoir tenté de trouver un oubli dans cette liste.....sans resultat.
Je suis donc d'autant plus impatient de lire la suite...
_________________
quant à ces feroces soldats,c'est pas pour cafter mais y font rien qu'à mugir



krishnamurti


MessagePosté le: Dimanche 18 Sep 2005 14:26

Si il manque un "l" à "hallucinogène"

Murti, pinailleuse Very Happy
_________________
Si on enlevait l'air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre. Et les avions aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 02:57

Sculler


MessagePosté le: Dimanche 18 Sep 2005 14:29

J'enrage, j'enrage ! Ca fait trois fois de suite que j'essaie d'éditer pour le corriger avant que quelqu'un relève, et que ça plante, et vous voilà, vous, à pinailler pour un "l" devant tout le monde !

Mais pour quoi je passe, je vous le demande !

Bon, pour la suite, j'ai commencé par des essais pratiques, et ... je suis pas très en état du coup.

Vous patienterez ?

Sculler, allumé.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...



Lyvalla


MessagePosté le: Dimanche 18 Sep 2005 14:35

Citation:
Sculler, allumé.


j'aurai pas mieux dit Shocked
_________________
Un petit clique de temps en temps svp Winkhttp://s3.bitefight.fr/c.php?uid=47219



Ishâ


MessagePosté le: Lundi 19 Sep 2005 3:27

attention tout de même à la légilsation sur les stupéfiants, tu ne te feras pas des potes en faisant fermer lance, de plus nous avons des mineurs parmi nous.

Ishâ beaucoup plus chiante que Virgo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 02:58

Sculler


MessagePosté le: Dimanche 16 Oct 2005 7:34

Le miel et les sucres.

Ces temps-ci, nous pouvons entendre à la radio une publicité sur le sucre, qui nous pose la question "Imaginez-vous un monde sans sucre ?".

Soyons honnêtes, cela nous semblerait impossible, tant le sucre fait partie de notre quotidien, aussi bien sous la forme visible du morceau qu'on ajoute à notre café pour en adoucir l'amertume qu'en adjuvant subtil pour exhausser les saveurs des plats industriels.

Or le sucre, c'est une histoire de moins cinq siècles en occident.

Certes, la douceur a toujours accompagné l'humanité sur tous les continents et sous tous les climats, mais sous des formes différentes.

Les fruits contiennent des sucres (fructose) qui ont été longtemps les seules douceurs que la nature offrait facilement à l'homme, qui en a justement effectué une longue et savante sélection en vertu des qualités gustatives et de conversation. Mais là aussi, pommes, poires, pèches, abricots, raisins ont subi une lente évolution, d'abord dans les plaines d'Afghanistan d'où ces fruits sont originaires puis sous les climats européens où ils ont été introduits progressivement il y a 3 à 5 millénaires, à la fin du néolithique, à cette époque où se créent les premières cités et les itinéraires du commerce entre le Chine à l'est, la Scandinavie au nord, l'Afrique au sud et l'Europe à l'ouest.

Certains fruits, comme les figues, les dattes ou encore certaines prunes, sont suffisamment sucrés pour être séchés ou cuits en pâte, ce qui facilite leur conversation et leur transport. Ces pâtes de fruit, suffisamment concentrées, peuvent même servir à sucrer des plats et des boissons. Mais ce sont les épices exotiques qui participent surtout à édulcorer la cuisine.

Ces substances revêtent un caractère précieux, telles la cannelle, la badiane, la girofle ou la cardamome récoltées dans les lointains pays d'orient ou les îles inaccessibles, des "terrae incognitae" dont la route n'était connue que de quelques commerçants aventureux.

Mais avant que le commerce ne structure les échanges entre les sociétés humaines, le miel constituait le seul produit sucré à disposition des hommes.

Le miel et l'humanité, c'est une aventure, une histoire d'amour et … de piqûres.

Encore aujourd'hui, en Afrique, en Asie, en Amérique latine, des hommes et des femmes vivent de la récolte du miel produit par les abeilles sauvages et de son commerce. Et sur les parois des grottes et abris de la préhistoire, les représentations "d'arbres à miel" témoignent de l'antiquité de l'intérêt que les hommes ont porté à ce produit.

La récolte du miel sauvage est une activité dangereuse, et dont la technique nécessite une véritable initiation. La connaissance des mœurs des abeilles, des fleurs et arbres sur lesquels elles butinent, des saisons et conditions météorologiques favorables à la récolte, toutes ces informations s'accumulent au fil des générations et se transmettent dans une tradition orale, confidentielle, parfois symbolique. Le miel sauvage est donc une produit qui, par sa raretè et sa valeur marchande, recèle un caractère sacré.

Le miel, dans les temps reculés de l'humanité; comme encore de nos jours dans certaines sociétés humaines, est un produit sacré, voire magique, dont la consommation est ritualisée.

Imaginez donc un monde sans sucre, sans le goût du sucre à chaque repas, pendant des mois voire des années. Et puis un jour, vous dégustez du miel. On a peine à imaginer cette rencontre exceptionnelle de nos jours, tant le goût du sucre est omniprésent.

Pourtant, le miel et tous les produits fortement sucrés ont un effet euphorisant, reconnu par les sociétés anciennes et ont été utilisés comme tel. Le miel a été, dans ces temps reculés de l'humanité, un ingrédient de plaisir, sans doute accompagné d'un sentiment de fête. Déguster du miel était un événement et le goût sucré du miel permettait aux hommes et femmes de ces temps anciens de vivre une expérience unique.

Dans l'histoire de l'humanité, le sucre sous la forme que nous connaissons est une invention récente. Dans l'extrême orient on tire de palmier un suc qu'on laisse s'évaporer pour obtenir un sucre cristallisé (un fructose) dont le commerce est ancien mais qui ne s'est pas vraiment répandu en dehors du sud-est asiatique. En effet, la culture des palmiers est lente, et la production limitée.

C'est au XVIème siècle, après la découverte du continent américain, que le sucre extrait de la canne à sucre (le saccharose) a démocratisé l'usage du sucre et l'a même rendu universel.

Le succès du sucre tient également au plaisir que provoque le goût sucré dans la bouche. Des "hormones du plaisir" sont sécrétées lors de l'absorption de cette substance qui, consommée en trop grande quantité est un poison pour l'organisme (et nous en consommons quotidiennement des quantités largement dangereuses).

La canne à sucre se présente sous la forme d'un grand roseau, pouvant mesurer plus de 4 mètres, qui se cueille quand il commence à jaunir (le "chaume"). Elle est consommée en la découpant en tronçons, en enlevant l'écorce de la tige et en aspirant le jus contenu dans la moelle spongieuse de la plante et qui s'en écoule même librement tan ce jus est abondant. Qui n'a jamais ressenti ce nectar s'écouler dans sa gorge ne peut imaginer la sensation de plaisir qui inonde le corps ! Le jus de la canne à sucre est doux, sans excès, désaltérant et euphorisant. Il peut être bu, à la tige, mais aussi être concentré jusqu'à la cristallisation du saccharose, ou encore fermenté en une boisson légèrement pétillante (comme le vin de la péninsule péruvienne de Pisco).

La canne à sucre est originaire des régions qui bordent le golfe du Bengale (Inde, Bangladesh et Indonésie) et a été découvert par l'occident dans l'antiquité, à l'occasion des conquêtes d'Alexandre le Grand. Mais la culture de ce "roseau de miel" n'a jamais vraiment quitté son bassin d'origine jusqu'aux Croisades. Le sucre faisait l'objet d'un commerce limité, mais la plante restait cultivée et traitée dans sa région d'origine. Les Arabes ont toutefois commencé à en étendre sa culture et à l'utiliser en cuisine. C'est ainsi que cette plante a été introduite dans le bassin méditerranéen autour du XIIème siècle. Mais le sucre produit était essentiellement utilisé comme "médicament" et de manière très exceptionnelle dans la cuisine, ou le miel était par contre très présent et à moindre coût. En fait, le sucre était bel et bien considéré comme une substance dangereuse, un poison qui rendait fou, qui créait une grave dépendance.

La découverte des Antilles et d'adaptation de la plante au climat des îles tropicales a fait de la France (et du Portugal, avec Madère et le Brésil) le plus important producteur de sucre du monde occidental.

Dès lors, le sucre se démocratise et entre en force dans l'alimentation, soit comme ingrédient (gâteaux, crèmes, glaces, pâtisserie) soit comme adjuvant ou édulcorant (sirops, boissons, liqueurs) ou encore comme conservateur (confitures). Et bien sûr, en contrepartie, le miel perd de son importance économique, culturelle et culinaire.

La sucre est une substance qui donne du plaisir et provoque une dépendance. Il était consommé, sous la forme du miel ou de dérivé de la canne à sucre, avec modération et dans des contextes ritualisés (fêtes, thérapies, actes magiques) jusqu'au jour où son usage s'est répandu à travers le monde (XVIIème siècle). Son goût plaît à tous, car il agit sur notre système endocrinien en favorisant la sécrétion d'endorphine, mais le sucre est un poison pour l'organisme où sa présence en excès épuise le pancréas, dégrade les fonctions hépatiques et favorise l'apparition de désordres divers dans l'organisme.

Le miel, puis le sucre par substitution, ont longtemps été considérés comme des substances sacrées, dont l'usage mérite d'être redécouvert pour retrouver les routes du plaisir sans lequel notre vie paraît bien fade.

Sculler.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...



Schtroumpf-Rasta


MessagePosté le: Dimanche 16 Oct 2005 9:30


Intéressant.
Et tu pourrais nous en dire un peu plus sur les effets néfastes du sucre, ou, inversement, les effets bénéfiques qui découleraient d' une diminution de sa consomation ?
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"



LeJaguar



MessagePosté le: Dimanche 16 Oct 2005 14:13

J'ai une question, quand tu dis :
"le sucre était bel et bien considéré comme une substance dangereuse, un poison qui rendait fou, "
Je serai trés intéressée de savoir si tu as des exemples de ça dans les textes ..., et, que faisaient- ils à ceux qu'ils considéraient comme devenu fou par le sucre ?
_________________
"Il n'y a pas de modèle pour qui cherche ce qu'il n'a jamais vu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 02:59

Sculler


MessagePosté le: Lundi 17 Oct 2005 2:48

Schtroumpf-Rasta a écrit:
Intéressant.
Et tu pourrais nous en dire un peu plus sur les effets néfastes du sucre, ou, inversement, les effets bénéfiques qui découleraient d' une diminution de sa consomation ?


Je pense que tout bon livre ou site de diététique apportera les réponses demandées sur les effets néfastes du sucre.

En fait, j'ai commencé par ce "stupéfiant" parce qu'il est maintenant tellement consommé qu'il ne semble plus provoquer de désordre psychique ou social.

La diminution de consommation ne peut avoir qu'un effet bénéfique sur la santé. Le sucre, dissimulé dans les aliments industriels et abondant dans toutes les boissons et pâtisseries est un des agents de l'augmentation exponentielle de l'obésité dans le monde entier.

Il y a donc un bénéfice de santé publique, mais cela n'est pas mon propos.

Je pense qu'en le faisant disparaître de notre alimentation, nous redécouvririons ses vertus "magiques" et notamment l'extraordinaire plaisir qu'il provoque lorsque l'organisme n'en a pas été saturé jusqu'à l'accoutumance et l'addiction.

Je crois qu'il faut vivre avec son temps, accepter le sucre, mais lui accorder une place un peu plus modeste dans notre vie.

Pour Le Jaguar, je n'ai pas de source précise. J'ai consulté des sites et des ouvrages sur le sucre (et ses produits dérivés, notamment un livre alléchant sur le rhum) et le caractère dangereux du sucre peut s'expliquer à mon avis par plusieurs facteurs.

Tout d'abord il était rare au Moyen-âge, cher, et son utilisation était exclusivement à fin d'apothicairerie. Les cristaux étaient sensés traiter la goutte, et d'une manière générale, toute les maladies dues à des "humeurs aigres" ou acides. Et il était ajouté aux potions amères pour les adoucir.

Mais il était tellement bon, que les personnes qui tombaient sous son charme en réclamaient et développaient une véritable dépendance, assimilée à la folie. Celà dit, c'est peut-être excessif. Enfin, on aurait du mal à faire croire de nos jours que le sucre rend fou ! Le chocolat, encore, oui, sans doute, mais le sucre, franchement !

Sculler
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...




...


MessagePosté le: Lundi 17 Oct 2005 2:49

C'est stupéfiant Scull'.
_________________
Les gens sont des cons.



krishnamurti

MessagePosté le: Lundi 17 Oct 2005 2:53

Rendre fou peut être pas, mais créer une dépendance certainement. Certaines chaînes de fast-food ont été stigmatisées il y a qques années pour mettre trop de sucre dans leurs sauces, ce qui incitait les gens à consommer plus. Je me souviens même d'un jeu de simulation de parc d'attraction où on ajoutait du sucre dans les aliments proposés aux visiteurs pour augmenter leur consommation...
Je connais plusieurs personnes tellement accro aux boissons sucrées qu'elles font des malaises si elles n'en ont pas à leur disposition et deviennent aussi irritables que d'autres addicts à des substances soi disant plus dangereuses.
Le sucre crée un état de bien-être à ne pas négliger. Il y a une notion de récompense, d'enfance retrouvée. Il est même probable que l'addiction alcoolique soit d'ordre sucrée.
_________________
Si on enlevait l'air du ciel, tous les oiseaux tomberaient par terre. Et les avions aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 02:59

...


MessagePosté le: Lundi 17 Oct 2005 2:56

"Il est même probable que l'addiction alcoolique soit d'ordre sucrée."

Oui, c'est même certain.
_________________
Les gens sont des cons.



Sculler


MessagePosté le: Lundi 17 Oct 2005 3:00

Oui, je comprends. Vous pensez que je devrais m'inclure dans la liste des agents susceptibles de créer une dépendance chez ceux qui me consomment trop ?

En fait, consommé à petite dose, je dois pouvoir permettre à certaines (eh oui, je ne suis pas tout public !) d'élever leur âme dans les étages supérieurs du ciel ...

Sculler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:01

LeJaguar


MessagePosté le: Lundi 17 Oct 2005 6:45

Laughing
ça c'est une autre histoire....

mais merci pour les précisions, ce n'était pas vraiment les sources que je souhaitais demandé, mais tu et vous, avez répondu à la suite du post,
merci Wink
_________________
"Il n'y a pas de modèle pour qui cherche ce qu'il n'a jamais vu."



LeJaguar


MessagePosté le: Jeudi 03 Nov 2005 7:37

si ça t'intéresse toujours le sucre Schtroumpf, y'a un magazine "Biocontact"
qui fait un dossier dessus. C'est un magazine gratuit que tu peux trouver dans les boutiques et alimentations bio. Wink
_________________
"Il n'y a pas de modèle pour qui cherche ce qu'il n'a jamais vu."



Énerga


MessagePosté le: Jeudi 03 Nov 2005 10:48

Haaa, je suis déçu Sculler, tu as oublié de parler de l'érable.

Très important dans la culture amérindienne, il était utilisé à des fins spirituels, durant des cérémonies au calumet. Mais, ce n'est qu'en 1885 que les maudits Français envahisseurs découvre l'eau d'érable et il est pratiquement impossible de déterminer jusqu'à quand remonte la découverte de l'eau d'érable par les amérindiens puisque leurs traditions se sont passées dans l'oralité seulement.
_________________
La vérité sur soi-même est au centre du labyrinthe intérieur.




MERLIN


MessagePosté le: Jeudi 03 Nov 2005 11:08

pour infos les français n'étaient pas des envahisseurs, ils fesaient du commerce avec les amérindiens!! non ceux qu'il faut traiter ainsi sont les anglais qui eux ne cherchaient que terres et pouvoir!!!
_________________
"C'est l'esprit la vraie mesure de l'homme"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:02

Laila


MessagePosté le: Jeudi 03 Nov 2005 19:39

Ave !

Faudrait peut-être retourné à vos livres d'histoires... Rolling Eyes "ils faisaient du commerce avec les amérindiens"... hum... en effet !!!Laughing Rolling Eyes

Laila
_________________
Quand parfois, on croit enfin s'exprimer...
http://lailaseshat.canalblog.com/




Schtroumpf-Rasta


MessagePosté le: Jeudi 03 Nov 2005 19:42

Et si peut importait la nationalité, mes frères ?
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"




Énerga


MessagePosté le: Samedi 05 Nov 2005 18:15

Je ne voulais pas froisser votre égo de français dans mes propos...mais les français tout comme les anglais considéraient les amérindiens comme des animaux, et en plus ils les ont évangélisés. Ouach, imaginez qu'une bande de connard débarque dans votre village et s'insinuent dans votre monde et vous forcent à adopter leurs croyances.

Ne le prenez pas personnel MERLIN, mais c'est juste révoltant et étant de souche amérindienne je vois les dégâts que les démons blancs ont causés dans ma communautée.

Laila a écrit:
Ave !

Faudrait peut-être retourné à vos livres d'histoires...


Mais si tu es si cultivé, alors pourquoi ne pas nous instruire ?
_________________
La vérité sur soi-même est au centre du labyrinthe intérieur.



Gémeaux


MessagePosté le: Dimanche 06 Nov 2005 5:15

chuis d'accord avec toi grand....
_________________
Vi Veri Veniversum Vivus Vici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:03

Laila


MessagePosté le: Dimanche 06 Nov 2005 8:32

Ave !

Rolling Eyes Ma remarque était dirigée à Merlin. Il ne s'agit pas d'une question de culture mais de simples faits... De plus, ceci n'a aucun rapport avec le sujet, alors il ne sert à rien de dévier encore plus le "topic" qui est très intéressant.

Si vous désirez ouvrir un post sur le sujet de la colonisation, il me fera plaisir de le lire et peut-être d'y participer. Sinon, un bon livre ne vous fera pas de mal. Personnellement, je n'ai aucune envie d'ouvrir ce post. Même si l'Histoire en général me passionne et que j'ai étudié sur ce sujet (la colonisation de l'Amérique française, etc), il ne m'intéresse pas outre mesure. Alors à vous...

Laila
_________________
Quand parfois, on croit enfin s'exprimer...
http://lailaseshat.canalblog.com/



Énerga


MessagePosté le: Lundi 07 Nov 2005 13:10

T'as raison Laila, je m'excuse ... et mon grand défaut dans les forums c'est de faire dévier les conversations. Désolé Sculler... Very Happy

Hisoka a écrit:
chuis d'accord avec toi grand....


Chuis ??? tu commences à prendre l'accent québecois merde ... Laughing
_________________
La vérité sur soi-même est au centre du labyrinthe intérieur.



Laila


MessagePosté le: Lundi 07 Nov 2005 13:58

Wink
_________________
Quand parfois, on croit enfin s'exprimer...
http://lailaseshat.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:04

Sculler


MessagePosté le: Lundi 14 Nov 2005 5:31

Énerga a écrit:
Haaa, je suis déçu Sculler, tu as oublié de parler de l'érable.


Euh, non, c'est vrai, mais je parlais uniquement de ces choses qui font plaisir, quoi, vous voyez, et le sirop d'érable ... Hum, enfin ....

Mais nous sommes tout à fait prêts à nous instruire sur la dimension initiatique et sacrée de la consommation du "jus d'érable", n'est-ce pas ? Hein qu'on est d'accord, tout le monde ?

(S'il n'y a pas dégustation obligatoire à la fin ...).

Sculler.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...




Schtroumpf-Rasta


MessagePosté le: Lundi 14 Nov 2005 13:19

Je croyais qu' on utilisait ce sirop par exemple pour agrémenter les crèpes. Enfin, dans un contexte tout à fait normal, quoi, pour le plaisir.
C' est fort comme gout ?
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"




Schtroumpf-Rasta


MessagePosté le: Mardi 14 Fév 2006 8:12

Je fais juste remonter ce post pour rappeler qu' il a été laissé à l' abandon malgré un sujet très intéressant.
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"




fran


MessagePosté le: Mardi 14 Fév 2006 9:51

perso je ne pense pas que le sucre soit une "drogue " en soit il faudrait que je regarde sur mon dico sur les drogues.
Personnellement le seul sucre que je console est celui des fruits donc le fructose, le sucre n'est pas mauvais en soit cela dépend toujours de sa consommation, si elle est exage ou pas.
Mais nous avons besoin de sucre dans notre organisme aussi donc je ne pense pas que s'en passer soit une solution.
Maintenant j'ai hate de lire ce que tu vas dire sur les drogues, comme le canabis par exemple car nous utilisons de plus en plus le canabis dans la fabrication de certains médocs.
Pour ma par mes médecins me conseil d'en consommer car cela est le seul moyen de me destresser (ce n'est pas une blague) due a ma fibromyalgie; Se qui fait que si je devais fumer des joins avec des personnes pendant que les autres planes moi je suis enfin débarassée de mes paralysies et peux tenir une conversation sans problème .
Le canabis allant direstement sur mon stresse je suis tout a fait normal comme si je n'avait rien consommé excepte que je ne suis plus paralysée.
_________________
dans l'avenir et au dela...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:04

Schtroumpf-Rasta



MessagePosté le: Mardi 14 Fév 2006 11:21

Génial, bonne occasion pour se mettre au chichon ( je rigole, car il faut rappeler que c' est très vilain et interdit par la loi, bien sur...)
Ceci dit, si le sucre est une drogue, pas étonnant que nous ne nous en rendions pas compte: Nous en avons partout, jusque dans la viande, en conservateur.
En tant qu' hypothétiques drogués non en manque, nous ne pouvons en juger par nous mêmes.
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"



Sculler

MessagePosté le: Mardi 14 Fév 2006 13:34

Ouais, bon, OK, je vais faire la suite.

L'alcool d'abord, les trucs pouraves plus tard.

Pour Fran, tu devrais sérieusement poser le problème de ta maladie au Dr Sculler, dans Astrologie "Nos maladies nous parlent de nous".

Allez, je bois un ch'ti canon à ta santé quand même ! Tchinn.

Sculler, à consommer avec modération.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...



Gémeaux


MessagePosté le: Mardi 14 Fév 2006 13:36

sans sucre tu meurs, c'est essentiel schtroumpf ^^

donc ce n'est pas une drogue, car la drogue n'est pas indispensable au corps pour vivre.
_________________
Vi Veri Veniversum Vivus Vici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:05

Sculler


MessagePosté le: Mardi 07 Mar 2006 5:52

Bon, je vais continuer sur l'alcool, mais je voudrais au préalable apporter une correction sur les commentaires qui ont été faits sur le sucre.

Il est exact que le corps a besoin de glucides pour s'alimenter, et notamment pour alimenter en carburant notre "chaudière" interne.

Mais il y a une distinction à faire entre "sucre" et "glucides". En effet, le sucre n'est qu'un aliment assez récent dans l'histoire de l'humanité, alors que les glucides sont eux indispensables à la vie et consommés à travers des fruits, mais aussi de la viande.

Ainsi, nous pouvons tout à fait survivre sans "sucre", les quantités de glucides nécessaires à notre fonctionnement pouvant être trouvées par ailleurs, y compris dans une alimentation "sans sucre".

Toutefois, il est vrai que de nos jours l'essentiel des apports en glucides se fait par le sucre (le saccharose), qui, consommé en excès par rapport à nos besoins, contribue à générer les problèmes d'obésité et toutes les maladies qui y sont liées, telles le diabète ou les troubles cardio-vasculaires.

Et le sucre est bien une drogue, susceptible de se manifester par des addictions et des manques.

Sculler.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...



Gémeaux


MessagePosté le: Mardi 07 Mar 2006 7:07

quand je parle de sucres je parle de glucides.

et il n'y a pas d'addiciton car on peut se passer du sucre (sens pas glucides ^^), ça depend des gouts et des humeurs, mais tu ne veras jamais qqun avec un syndrome de manque de sucre.

Mais manque de glucides oué : hypoglycémie. (cf Diabete)
_________________
Vi Veri Veniversum Vivus Vici



Laila


MessagePosté le: Mardi 07 Mar 2006 7:32

Gémeaux a écrit:
et il n'y a pas d'addiciton car on peut se passer du sucre (sens pas glucides ^^), ça depend des gouts et des humeurs, mais tu ne veras jamais qqun avec un syndrome de manque de sucre.

Mais manque de glucides oué : hypoglycémie. (cf Diabete)


Probablement complètement hors sujet, car je ne m'y connais pas, mais je connais une personne qui lorsqu'elle a une "rage de sucre" comme elle le dit, (et non pas de glucides), elle devient assez "difficile" et la priorité devient : trouver quelque chose de sucrer à se mettre sous la dent. Elle arrête carrément tout, devient très désagréable et peu importe ce qu'elle faisait (ou elle se trouve) elle cherche du sucre. Je ne sais si cela est théoriquement une situation de "manque", mais c'est assez semblable à mon avis, et c'est assez "moche" à vivre quand tu es avec elle. Elle change carrément d'attitude. Et redevient toute souriante quand elle a eu son "bonbon" comme si rien ne s'était passé (et qu'elle n'avait pas été "chiante").

Enfin, que de souvenirs moches cela me rappelle !

Laila
_________________
Quand parfois, on croit enfin s'exprimer...
http://lailaseshat.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:06

Sculler


MessagePosté le: Mardi 07 Mar 2006 9:45

Eh bien voilà effectivement un cas d'addiction au sucre, sur lequel un kilo de glucides aurait sans doute peu d'effet. Heureusement, c'est assez rare.

Sculler.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...



Sculler



MessagePosté le: Mardi 07 Mar 2006 9:45


L'alcool dont je vais parler dans ce chapitre est essentiellement l'éthanol, forme la plus simple de ces composés organiques qu'on classe sous le terme générique d'alcool en chimie.

Cet alcool est un produit on ne peut plus naturel, résultant du travail que font des bactéries sur des "sucres" (fructose principalement) contenus dans les fruits : les bactéries décomposent les longues chaînes organiques des sucres (le saccharose a pour formule C12H22O11) en composés élémentaires (2 atomes de carbone seulement) pour les oxyder (ajouter des atomes d'oxygène) et produire en fin de compte l'éthanol C2H5OH.

Tous les fruits néanmoins n'ont pas forcément une teneur en sucres suffisante pour permettre une oxydation de ces sucres en alcool. Les fruits susceptibles de produire effectivement de l'alcool sont donc rares et ont été identifiés il y a bien longtemps par les hommes (et les femmes, aussi).

Il existe de bien diverses manières d'obtenir de l'alcool à partir de fruits.

La principale façon que nous en connaissons dans notre culture est de réaliser un jus de fruit et de le laisser fermenter naturellement sous le simple effet des bactéries qui sont présentes dans l'environnement. Lorsque le taux d'alcool devient tel que les bactéries ne peuvent plus survivre, la réaction s'arrête spontanément. C'est le processus à l'œuvre dans la vinification du vin, mais aussi dans la préparation de toutes les eaux de vie de fruit.

Toutefois, certaines bactéries peuvent survivre en milieu alcoolique, et prennent le relais en poussant l'oxydation jusqu'au vinaigre (l'éthanol est oxydé en acide éthylique, CH3COOH). C'est pourquoi il faut prendre un certain nombre de précautions pour la conservation des vins, par exemple, ou alors les consommer très vite …

L'éthanol est une drogue, selon les avis maintenant bien argumentés des scientifiques. Cette molécule agit sur les récepteurs cérébraux et favorise l'émission par notre organisme d'hormones dites "du plaisir", les fameuses endorphines, qui donnent très rapidement une sensation de bien-être, comme toutes les autres substances psychotropiques.

Par ailleurs l'alcool se mêle au sang, où il prend la place des molécules d'oxygène. Notre organisme est donc moins bien oxygéné, ce qui se traduit par l'état d'ivresse, caractérisé par une somnolence, des réflexes ralentis et une élévation du rythme cardiaque qui tend à compenser le manque en oxygène par un débit plus important du sang.

La consommation d'alcool, de nos jours tellement banalisée, était ritualisée dans les sociétés primitives, et l'islam l'interdit en dehors d'occasions exceptionnelles, et encore doit-elle se faire alors d'une façon modérée et sans atteindre l'état d'ivresse.

Le vin est la boisson alcoolisée la plus connue dans notre culture occidentale. La vigne est originaire de la région de l'Afghanistan actuel, et s'est répandue dans l'antiquité autour du bassin méditerranéen. La religion judaïque considère d'une manière générale avec suspicion tous les produits fermentés, dont le vin. Toutefois, la consommation de ces produits est permise de manière rituelle et dans le respect de règles très strictes.

Nous devons surtout à Jésus la sacralisation du vin comme "sang du Christ" qui a été à la base de la propagation de la culture de la vigne dans tout l'occident. Toutefois, même les peuples païens des premiers siècles de notre ère en connaissaient la culture. Il y a même une légende qui veut que les Vikings, à l'époque d'Eric le Rouge, aient voyagé jusqu'au continent américain, et qu'ils auraient nommé les terres découvertes "Vinland" en raison de la présence en grande quantité de vigne sauvage.

Néanmoins, la culture de la vigne se limite à des régions où la floraison est à l'abri des gelées. Aussi, dans les régions trop au nord pour y permettre sa culture, les peuples disposaient d'autres boissons alcoolisées : la cervoise, ancêtre de la bière, est obtenue par la fermentation d'une mixture riche en glucides, à partir de la macération de céréales (l'orge ou le malt, notamment). C'est le même principe utilisé par les indiens des Andes, mais avec le maïs, pour fabriquer la "chicha" péruvienne.

Enfin, dans les pays au climat tropical, les fruits sucrés sont abondants. Il n'est donc pas difficile de fabriquer des jus et de les soumettre à une fermentation alcoolique.

Il y a notamment une méthode assez particulière de fabriquer des boissons alcoolisées, encore utilisées de nos jours dans les grandes occasions par les indiens d'Amazonie. Les fruits sont mâchés (par les femmes traditionnellement) et le jus est recueilli dans de grands récipients où il va fermenter lentement. On obtient ainsi une boisson douce, faiblement alcoolisée, qui peut être légèrement pétillante (le "cachiri" des indiens Arawaks de Guyane).

Dans toutes les cultures anciennes qui disposaient de boissons alcoolisées, leur consommation était rituelle. Il n'y avait pas de consommation "courante" d'alcool sous quelque forme que ce soit.

Dans la culture chrétienne, le prêtre, au moment de l'eucharistie, boit une coupe de vin (le sang du Christ). Originellement, ce vin était partagé avec les fidèles comme c'est le cas de l'hostie, mais cette pratique s'est vite arrêtée et il est maintenant convenu que le prêtre absorbe le sang du Christ au nom des fidèles réunis. Cette pratique n'est d'ailleurs pas exceptionnelle, il est assez fréquent dans les cultures chamaniques que ce soit le chaman qui assure le rôle de lien avec les esprits en lieu et place des personnes qui l'entourent. Ainsi en est-il des cérémonies du feu, où seul le chaman opère, au nom des membres de la communauté.

La consommation de vin au moyen-âge reste réservée aux membres de l'Eglise (prêtres, moines et nones) et les nobles en consomment à leurs repas ou à l'occasion de fêtes. Des tavernes en servent à leurs clients, mais plutôt sous forme de bière que de vin. Quant à la grande majorité rurale de la population, elle ne connaît du vin que les travaux de culture de la vigne, sous le patronage des monastères. En effet, le vin est une boisson sacrée réservée au culte, et le petit peuple n'y a pas accès.

C'est très progressivement que le vin apparaît dans les habitudes alimentaires de la bourgeoisie, et dans les zones urbaines essentiellement, jusqu'au XIXème siècle.

Là, la révolution industrielle change radicalement la sociologie des pays européens. L'exode rural, qui conduit les gens des campagnes dans les villes où ils sont employés dans l'industrie naissante, s'accompagne d'une véritable démocratisation des boissons alcoolisées et du vin en particulier, à travers la multiplication des "bistrots" et autres débits de boissons.

La consommation de vin et d'alcool en générale est nettement un projet "politique", qui revêt plusieurs aspects : le développement économique d'une filière viticole, avec l'apparition de grands propriétaires de vignes par concentration des petites exploitations abandonnées par leurs propriétaires attirés par la ville et les emplois industriels ; la compensation des conditions de travail très dures dans l'industrie par la consommation d'un produit franco-français, y compris en provenance des colonies d'Afrique du Nord.

Donc, la consommation de vin prend son essor au XIXème siècle, en parfaite conscience de son effet psychotropique, qui est reconnu et même recherché pour soutenir le moral des ouvriers participant à l'essor industriel.

Le vin est l'équivalent en France de l'opium dans les colonies britanniques, où il sert à affaiblir les peuples et les contrôler. Chez nous, il sert à éviter les mouvements sociaux, très mal considérés au début du XXème siècle (lire Zola pour s'en rendre compte).

L'éthanol, présent dans toutes les boissons alcoolisées, est un produit dangereux, provoquant très rapidement un addiction et une dépendance. Par ailleurs, l'organisme s'accoutume à des quantités d'alcool très importantes dans le sang, et on constate même chez les alcooliques en sevrage une production "spontanée" d'alcool par l'organisme pour maintenir un taux d'alcoolémie élevé et atténuer le phénomène de manque. Ainsi, certains alcooliques ont en permanence un taux d'alcool supérieur à 1 g par litre de sang sans en ressentir d'effet négatif particulier (ils sont "normaux" à l'examen clinique) même lorsqu'ils sont "à jeun".

Outre les maladies maintenant bien connues qui découlent d'une consommation excessive d'alcool, et qui ne concernent en finalité que les individus, l'alcool a aussi des effets sociologiques graves. Il a été utilisé comme une arme, au même titre que l'héroïne dans certains pays. Ainsi, les indiens d'Amérique du nord ont été "pollués" par les alcools forts (la fameuse "eau de feu") pour les affaiblir et favoriser la conquête de l'ouest américain par les immigrés occidentaux à la fin du XIXème siècle. De nos jours, l'alcool est encore un fléau dont ces populations ne parviennent pas à se défaire, d'autant que des conflits territoriaux ont persisté jusque dans les années 1970 aux Etats Unis, et que l'alcool a continué d'y servir d'arme des "blancs" contre les populations indigènes.

Pourtant, les boissons alcoolisées peuvent être utilisées dans des démarches de "connaissance" ou de "thérapie", dans la mesure où, consommées avec mesure et sous le contrôle d'un tiers (thérapeute, chaman, guide, initié), elles permettent à l'individu de franchir des barrières psychologiques. C'est l'effet "dés-inhibiteur" de toutes les substances stupéfiantes. Mais cet usage n'est pas destiné à servir de mode d'emploi pour l'accès à des mondes plus subtils : il est réservé à une initiation, à un "voyage de découverte", et ne peut pas constituer le moyen pérenne d'accès à d'autres réalités.

Mais j'aurai l'occasion de développer ce point de vue dans les chapitres suivants, qui concerneront d'autres drogues et produits psychotropes traditionnels.

Sculler, à suivre.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...



Sculler


MessagePosté le: Dimanche 26 Mar 2006 13:57

Pas de réaction ? Vous attendez le chapitre sur la fumette ?

C'était peut-être un peu long ...

Sculler.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:08

Schtroumpf-Rasta


MessagePosté le: Dimanche 26 Mar 2006 14:07

Moi je trouve ça très intéressant, comme toujours.
J' attends la suite avec impatience Very Happy
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"



Gémeaux


MessagePosté le: Dimanche 26 Mar 2006 14:08

non, mais je ne vois pas quoi y redire ^^

sinon il manque un alcool "historique", consommé surtout dans les pays nordiques : l'hydromel Wink
_________________
Vi Veri Veniversum Vivus Vici



Sculler


MessagePosté le: Dimanche 26 Mar 2006 14:16

Oui, oui, l'hydromel ...

Qui a déjà bu du Chouchenn breton ?

On a l'impression de boire au cul d'une vache !

Et comme je teste avant de poster, je me suis dit qu'il valait mieux passer ce "breuvage" sous silence. Il y a des âmes sensibles, parmi nous.

Sculler.
_________________
La vérité ? Un peu plus à l'ouest ...




Maerope


MessagePosté le: Dimanche 26 Mar 2006 14:19

Trés bon post, fort complet. Very Happy J'adoooooore!!

Etant d'une région ou le vin est une véritable culture, je ne peux qu'apprécier. (et le vin, et ton Post...) Il manque peut etre une approche economique de l'activité viticole à l'heure actuelle, enorme crise, surtout pour les vignobles du Sud... (mais ce n'est franchement pas indispenssable...)

(t'as juste voulus qu'on te dise que c'est bien en fait non?? Wink )



Mimas

MessagePosté le: Dimanche 26 Mar 2006 21:57

La prise d'alcool se caractérise, en début d'expérince par une stimulation des hormones thyroidiennes. À plus hautes doses, le système thyroidien et le système endocrinien s'en trouvent ralentis, affectés quoi, ce qui expliquerait la difficulté à avoir des érections lors d'une prise massive.

Laughing Laughing
_________________
Inclusivité et matière à réflexion.




Mimas

MessagePosté le: Mardi 28 Mar 2006 6:48

Y'a pas quelqu'un qui a de l'expérience en vins résinés ici?????
_________________
Inclusivité et matière à réflexio
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:10

Mimas


MessagePosté le: Jeudi 30 Mar 2006 20:16

Je reviens sur le sucre en disant qu'il n'agis pas directement en tant que drogue, mais que le sucre blanc fait augmenter le niveau d'adrénaline dans le sang.
_________________
Inclusivité et matière à réflexion.



Ian'rik


MessagePosté le: Samedi 01 Avr 2006 1:05

Sculler a écrit:
Qui a déjà bu du Chouchenn breton ?


Je confirme, l’hydromel ou chouchen selon son nom breton est difficile à écluser et pour s’enivrer avec il faut en vouloir !

Vivement ta chronique sur l’absinthe !



Ayanna


MessagePosté le: Samedi 08 Avr 2006 16:27

Tu sais Mimas, je pense que tu es bien le seul à faire des expériences bizares avec la nourriture. ^^ Ah non, y a aussi Senko qui est toute nouvelle dans le forum. C'est comme avec le prana. Explique nous ce que c'est plutôt.

amicalement
Ayanna
_________________
La mort gît au coeur de notre vie



...


MessagePosté le: Dimanche 09 Avr 2006 11:12

"Je confirme, l’hydromel ou chouchen selon son nom breton est difficile à écluser et pour s’enivrer avec il faut en vouloir !"

La Ponctu écluse tout ce qui passe, même du chouchen cassis. Pire qu'un porc.

"Vivement ta chronique sur l’absinthe !"

Ca c'est bon aussi.
_________________
Les gens sont des cons.



Gémeaux


MessagePosté le: Dimanche 09 Avr 2006 12:03

Je prepare ma cuillere de sucre ?
_________________
Vi Veri Veniversum Vivus Vici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:12

Ambre


MessagePosté le: Mercredi 12 Avr 2006 1:53

Intéressant...

Je dirais même plus! Il est possible de tomber en coma diabétique suite à une bonne cuite! En effet, l'alcool à tendance à se ''métamorphoser'' en sucre dans le sang lorsqu'il est consommé à trop forte dose... ( vous demanderez l'avis des diabétiques! )...


Je trouvais que s'était une suite logique! lol Wink

Mimas, tu connaîs '' Sortilège''? lol de la liqueur de wisky canadien au sirop d'érable... mmmmmmmm!

P.S. Surtout, ne pas se fier au format de la bouteille... une once contient de quoi assommer un cheval! ( en bonne gaspésienne, l'alcool, on tombe dedans quand on est petits! ) Mais ça goûte tellement bon! lol

On peut passer au prochain??? LOL Twisted Evil
Revenir en haut de page




...


MessagePosté le: Mercredi 12 Avr 2006 6:54

"Je dirais même plus! Il est possible de tomber en coma diabétique suite à une bonne cuite! En effet, l'alcool à tendance à se ''métamorphoser'' en sucre dans le sang lorsqu'il est consommé à trop forte dose..."

Et oui, c'est pour cette raison que tu te réveilles la nuit de ta cuite pour boire 1,5 L de flotte.
_________________
Les gens sont des cons.


Ambre


MessagePosté le: Mercredi 12 Avr 2006 10:57

C'est vrai que l'alcool donne soif! Encore un p'tit coup! Twisted Evil



Schtroumpf-Rasta


MessagePosté le: Vendredi 09 Juin 2006 17:04

Up.
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"



Muldy


MessagePosté le: Samedi 10 Juin 2006 12:15

AHA !......



...Le gang des alcoolos ! ...


On vous y prend !... rire rire
_________________
Dissections en tous genres : anato, psycho, métaphysico....A votre sévice !



Schtroumpf-Rasta


MessagePosté le: Samedi 10 Juin 2006 12:20

Laughing
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"



Schtroumpf-Rasta


MessagePosté le: Mercredi 19 Juil 2006 8:00

Je pense qu' il serait intéressant de se pencher sur le Nepenthes, sa conception et ses effets.
Ce stupéfiant me parait...stupéfiant !
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"



Gémeaux


MessagePosté le: Mercredi 19 Juil 2006 10:31 Sujet du message: Répondre en citant
wah quel jeu de mot !
_________________
Vi Veri Veniversum Vivus Vici




yogaman


MessagePosté le: Jeudi 27 Juil 2006 18:08

quelques info sur le sucre, le sucre est bien un poisson, lisez l'article suivant Le sucre rafiné - Le plus doux de tous les poisons

Par William Dufty
article tiré de la revue Nexus, Nr. 7 (mars - avril 2000)
la page web est : http://www.yogaesoteric.net/content.aspx?lang=FR&item=4352url][url]



Schtroumpf-Rasta



MessagePosté le: Samedi 29 Juil 2006 14:39

Citation:
le sucre est bien un poisson

Laughing
_________________
"Il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompé"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   22/11/2006, 03:13

source
http://www.lancedragon.com/forum/viewtopic.php?t=1814&postdays=0&postorder=asc&start=45
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spiritualité et stupéfiants   

Revenir en haut Aller en bas
 
Spiritualité et stupéfiants
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'aide pour un cas pratique
» Aveux stupéfiants d'un mage repenti
» Comment expliquer les changements de caps stupéfiants des ovnis?
» La loi et les objets représentant du cannabis ?
» Le danger des stupéfiants (Drogues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liber Draconis :: L'Homme :: Psychologie, Philosophie et Spiritualité -
Sauter vers: