Liber Draconis

Forum dédié à la Magie et aux autres sciences occultes traditionnelles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DIEU ET LE DIABLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shalia
Les Membres du Conseil
Les Membres du Conseil


Féminin
Nombre de messages : 182
Age : 36
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: DIEU ET LE DIABLE   10/11/2006, 16:20

LE DIABLE ET L’ATHEISME

Le diable n’est pas athée, il est certain plus que nous encore de l’existence de Dieu, car il l’a vu de près à l’œuvre.
Il connaît même certains dogmes de la théologie chrétienne mieux encore que les théologiens eux-mêmes qui doivent se fier à leur imagination.
Je serai même tentée de dire que le diable est ennemi des athées, car sa puissance est liée de près à celle du Maître des Cieux !
Le diable a une prise moins forte sur les hommes qui ne croient pas en Dieu, ils sont voués à son royaume sans combat, sans lutte, donc sans victoire.
On peut en contrepartie penser que Dieu lui est athée. La foi en effet présuppose un rapport entre celui qui croit et l’objet de sa croyance.
Mais Dieu est celui qui EST et il a la conscience de lui-même, mais il n’a pas ce que nous appelons foi ou croyance. Il lui est permis d’être athée !
Satan au contraire est une créature, donc forcé de croire en Dieu, c’est un théiste.
Il peut le combattre mais il le connaît et le reconnaît.


DIEU IMITE IL LE DIABLE ?

« Dieu, mes frères, emploie quelques fois des moyens diabolique » P. Lacordaire.
Est il concevable que Dieu parfait et omnipotent, s’abaisse jusqu’à imiter les artifices et stratagèmes propre au Démon ? Se propose t il lui aussi de se servir des lacs et de trébuchets, fut ce dans un but pieux ?
Ca peut paraître un blasphème incroyable ! mais si on reporte à certaine parabole de l’Evangile il est aisé de donner un sens raisonnable à cette affirmation.
« Les enfants de ce monde sont plus astucieux entre eux que le fils de la Lumière » - Luc, XVI, 8.
Les enfants du siècle opposés au fils de la Lumière ne peuvent être que les adeptes de Satan !
On sait aussi que la seconde personne de la trinité (le Christ) conseille aux fils de la Lumière de suivre en certains cas, l’exemple des « fils des ténèbres ».
« Soyez prudents comme des serpents et simples comme des colombes » (Matthieu, X, 16)
La colombe est l’esprit saint, le serpent le démon.
Donc dans ce cas Dieu conseille d’imiter la prudence (l’astuce) de Satan.
La différence est que : les artifices du serpent (le diable) doivent être mis en œuvre pour sauver les âmes et non pour les perdre. Et Dieu ( le Christ) ne peut conseiller à ses amis ce que lui-même ne voudrait jamais faire !


LES DEUX TENTATEURS

Le diable est réputé tentateur par excellence, on est d’accord là dessus !
Mais est-il vraiment le seul, l’unique à mettre à l’épreuve la faiblesse des hommes ?
L’Eden offre dès le commencement toutes sortes de tentations. Il y a dans ce fameux jardin deux arbres, les plus appétissants, les plus désirables, les plus admirables de tous : l’Arbre de Connaissance et l’Arbre de Vie. Mais c’est justement ces deux là qui sont défendus au premier couple. N’est ce pas une tentation pure et simple ?
Si Dieu ne voulait pas qu’Adam acquît la connaissance et l’immortalité, n’aurait-il pas dû les placer ailleurs ces arbres ? Ou placer l’hommes en dehors de leurs voisinages ?
Il avait modelé Adam et savait a fragilité de l’argile dont il était fait.
La tentation c’est vrai fut l’œuvre de Satan, mais est il possible que l’Antique serpent ait pu entrer dans le jardin et s’adresser à Eve sans que le Maître des lieux l’ait vu ni su ?
Adam a reçu de Dieu le don de la liberté mais aussi la possibilité de concupiscence et de désobéissance, jusqu’à la faiblesse de sa chair et celle de sa volonté.
Un autre exemple : le Pater Noster ! Le fameux passage « ne nous induis pas en tentation mais délivre nous du mal » ! La signification est inouïe !
La prière est dictée par Dieu et s’adresse à Dieu ! Dieu lui-même se reconnaît comme Tentateur !
Les tentateurs semblent être deux !



SATAN – AGENT DE JAHVEH

On croit généralement que Satan après sa révolte et sa chute a été relégué dans l’abîme et qu’il n’a plus jamais été admis en présence du Créateur.
La vérité serait différente !
On peut lire dans le livre de Job, Dieu s’adressant à Satan « Tout ce qui est possible est en ton pouvoir…… »
On peut comprendre premièrement que Satan, malgré sa révolte survenue bien des siècles avant l’époque où vécut Job, pouvait se mêler aux anges fidèles et se présenter devant Celui qu’il avait tenté de surpasser.
Et deuxièmement que Satan agissait comme surveillant de Dieu au milieu des hommes et que Dieu écoutait ses rapports, ses jugements, ses accusations.
Et troisièmement, on s’aperçoit que Die était prêt à concéder à Satan des pouvoirs semblables aux siens. C’est là un privilège énorme que le Père concéda à son Fils quand celui-ci s’incarna sur Terre.
Et les relation entre le Christ et Satan ne furent pas moins amicales.



LE CHRIST ET SATAN

Les rapports entre le Sauveur du Monde et le Prince de ce Monde ne se bornent pas seulement à la tentation.
Dans l’Evangile ( saint Luc , XXII, 31, 32), il est dit que Jésus se tournant un jour vers saint Pierre lui dit :
« Satan a demandé de vous passer au crible, comme on crible le grain, mais j’ai prié pour toi afin que ta foi ne t’abandonne pas ».
A qui donc Satan aurait demandé de passer les apôtres au crible ?
A Dieu le Père ou plus naturellement au Christ lui-même ?
Et pourquoi Satan, l’ennemi, tient il à ce que les apôtres soient passé au crible ?
Pour chasser ceux qui n’ont pas assez de foi dans le Messie ?
Jésus apostropha aussi une fois Pierre en lui donnant le propre nom du Tentateur : « Eloigne toi de moi Satan » (Saint Marc, VIII, 33)
Christ ne peut être ami de Satan !
Mais il ne se montre pas ennemi acharné de celui-ci, bien que Satan soit l’adversaire direct !
Il y a pourtant une différence de langage et de comportement qu’il faut souligner : le Christ qui est Amour absolu, peut éprouver de l’indignation mais non de la haine !

LE DIABLE FRERE DU VERBE

Lactance soutient que Lucifer n’est autre que le frère du Logos du Verbe, c’est à dire de la seconde personne de la Trinité !
Je cite : « Dieu avant de créer le monde produisit un esprit à lui-même semblable tout rempli des vertus du Père. Ensuite il en fit un autre dans lequel l’empreinte de la divine origine s’effaça, parce qu’il fut souillé par le venin de la jalousie, ce qui le fit passer du bien au mal… Il fut jaloux de son frère ainé lequel toujours uni au Père s’est assuré son affection. Cet être qui, de bon devient mauvais est appelé le Diable par les Grecs ».
E futur Satan ne serait rien d’autre que le frère cadet du Christ, et Satan n’aurait pas été jaloux de l’homme mais jaloux de son propre frère !?
La jalousie de Caïn à l’égard d’Abel aurait été préfigurée au ciel au commencement des temps, par celle de Lucifer envers le Verbe !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shalia
Les Membres du Conseil
Les Membres du Conseil


Féminin
Nombre de messages : 182
Age : 36
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: DIEU ET LE DIABLE   10/11/2006, 16:20

MAGICIENS ET SORCIERES

On ne va pas tomber dans la tentation à laquelle ont cédé beaucoup d’auteurs ayant traité du diable. Certaines œuvres sont des sarabandes érudites et journalistiques à travers le monde infâme et ténébreux des sorciers.
Au lieu de considérer les problèmes qui peuvent éclairer à nos yeux la gigantesque figure de l’Antagoniste de Dieu, ils s’amusent à raconter les ambitions et les entreprises des magiciens, les folies et les turpitudes des sorcières.
Cette polichinellerie n’a d’importance que pour l’histoire des mœurs et la connaissance de certaines singularités extravagantes de l’esprit humain, mais elle n’apprend rien ou peu sur la véritable essence du Prince de ce Monde. Même en admettant comme vrais les agissements des sorciers et les éructations des possédés, il y a peu de chose de sûr et de valable à en tirer.

Les magiciens ne peuvent pas être placés parmi les amis de Satan : ils ne l’aiment pas et ne le servent pas ! mais ne pensent qu’à le contraindre par des formules et des rites.
L’idéal du magicien est de capturer un ou plusieurs démons, et de les réduire, tout au moins pour quelques temps, à l’état d’esclaves obéissants.
Cette conception dont je ne saurais dire si elle est plus naïve que prétentieuse, est un résidu de la magie des primitifs et de rites encore florissants chez certaines populations sauvages.
La stature formidable du Rebelle est bien au dessus de ces pratiques puérils, bouffonnes et mesquines.

Le cas des sorcières et des possédées est tout autre !
Il n’y a là aucune trace de théories qui tend à faire de Satan le valet de l’homme.
Ces femmes s’imaginent être des possédées ou des servantes du Diable.
Elles sont pour la plupart que des hystériques hallucinées qui cherchent l’occasion de débrider leurs instincts sadiques et leur imagination morbide surtout de caractère sexuel.
Ces harpies ne peuvent nous apprendre que peu de choses ou même rien du tout.
Dans certains pays même civilisés, les sorcières furent condamnées et brûlées jusqu’au XVIII ème siècle , c’était là une peine atroce que ne justifiait point une altération mentale qui eut mérité plutôt des soins avertis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shalia
Les Membres du Conseil
Les Membres du Conseil


Féminin
Nombre de messages : 182
Age : 36
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: DIEU ET LE DIABLE   10/11/2006, 16:21

LE PACTE AVEC LE DIABLE
Il n’y a point de diabologie scientifique ou historique où l’on ne parle des hommes obscurs ou célèbres qui ont vendu leur âme au Diable par contrat en bonne et due forme.
Quel bel exemple que celui de « Faust » de Goethe !
C. Marlowe va même jusqu’à donner le texte du contrat en question ! Le voici :
« Fait aux conditions suivantes :
Primo : que Faust pourra être un esprit en forme et substances
Secundo : que Méphistophélès sera son serviteur à ses ordres.
Tertio : que Méphistophélès lui fera et lui portera tout ce qu’il demandera.
Quarto : qu’il sera, dans sa chambre ou dans sa maison, invisible.
Ultimo : qu’il apparaitra au dit Jean Faust à quelque moment que ce soit, dans la forme et sous l’aspect qu’il voudra.
Moi Jean Faust de Wittenberg, docteur, déclare céder par le présent acte mon corps et mon âme à Lucifer, prince de l’Est, et à son ministre Méphistophélès.
Je leur concède en outre de plein droit au bout de vingt quatre ans passés, pourvu que les articles ci-dessus restent inviolés, le droit d’emporter le susnommé Jean Faust, corps et âme, chair, sang et biens, dans leur demeure où quelle se trouve.
Signé de ma main : Jean Faust. »

Quel troc naïf !
Quelle que fut la soif de connaissance , de science et de puissance qui tourmentait Faust, c’est là une intelligence médiocre !
Si Méphistophélès n’est pas un imbécile et Faust un insensé, on ne voit pas trop pourquoi l’un et l’autre accepterait de pareils accords !
D’abord quel serait l’avantage du Diable ?
Et quel est l’avantage de celui qui promet son âme au Démon ? Si celui ci croit à Satan et à l’enfer, par une nécessité logique il croit aussi à Dieu et à sa justice !
Il doit donc savoir en signant ce pacte qu’il existe une béatitude éternelle et une damnation éternelle.
Des pactes semblables à celui de Faust laissent supposer que le Diable est un sot et que l’homme est un fou !
Ces deux choses ne sont ni l’une ni l’autre impossibles ! Mais le Démon reste célèbre pour sa ruse !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shalia
Les Membres du Conseil
Les Membres du Conseil


Féminin
Nombre de messages : 182
Age : 36
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: DIEU ET LE DIABLE   10/11/2006, 16:21

LA REBELLION

Nous pensons tous que Lucifer se rebella contre son créateur poussé par son arrogante superbe. Mais les premiers théologiens ne sont pas convaincus qu'il s'agisse d'orgueil. Selon la majorité d'entre eux la chute de Lucifer serait la jalousie envers l'homme.
Cette idée apparaît chez Saint Justin (Justin se convertit au christianisme et ouvrit une école à Rome, où il tenta de concilier le platonisme et la foi. Il fut décapité), Saint Irenée (Irénée deviendra l'un des personnages les plus importants du christianisme et se fera notamment connaître par son oeuvre, "Contre les Hérésies", qui lui vaudra le titre de "fondateur de la théologie catholique"), Saint Paul (C'est Paul qui assurera la séparation définitive entre le judaïsme et le christianisme. Il est parfois considéré comme le fondateur de l'Eglise universelle), Tellurien, Saint Cyprien (Durant les nombreuses persécutions qui toucheront la communauté chrétienne de Carthage, Cyprien s'occupera de protéger et de faire fuir ceux dont il avait la charge. Il soignera les malades durant l'épidémie de peste qui frappera sa ville), Saint Grégoire de Nysse (Grégoire est aussi mystique que théologien; la transcendance de Dieu est l'aspect le plus accusé de sa doctrine. Son oeuvre littéraire est très considérable : elle touche à l'exégèse, à la spiritualité (De virginitate), à la théologie christologique et trinitaire (Contra Eunomium, Discours catéchétique).
Voici d'ailleurs ce qu'il expose dans son « Discours catéchétique :

« Le monde intelligible existait avant l'autre, et chacune des puissances angéliques avait reçu de l'autorité qui dirige toutes choses, sa propre part du gouvernement de l'univers, et, à l'une de ces puissances avait été confiée la charge de régir et de gouverner la sphère terrestre. Puis fut modelée, avec de la terre, une image qui reproduisait celle de la puissance suprême, et cet être fut l'homme. Il avait en lui la divine beauté de la nature intelligible, mêlée à une certaine force secrète. Voilà pourquoi celui auquel avait été confié le gouvernement de la terre, trouva étrange et intolérable que, de la nature qui dépendait de lui, on ait tiré et mis au monde un être fait à l'image de la dignité suprême ».

Ce n'est qu'avec Origène qu'on voit apparaître et se confirmer la théorie qui l'emporte aujourd'hui ; celle de l'orgueil, et l'idée de la jalousie et l'envie ne réapparaîtra qu'au XVI ème siècle. Mais inutile de rappeler que un grand nombre d'écrivains chrétiens, sauf Tellurien, plaçaient dans la jalousie la vraie cause de cette rébellion.
La jalousie et l'envie sont des sentiments indignes d'une créature angélique ; chez Lucifer ils deviennent tellement ardents et puissants qu'ils le poussèrent à la révolte contre le créateur.
Mais il faut dire que la jalousie de Lucifer envers l'homme est moins absurde et sacrilège que celle qu'il aurait éprouvé envers Dieu.
Adam bien que doté de grâces insignes était cependant une créature, un être que l'on pouvait considérer de la même race que les anges.
Vouloir se rendre indépendant de Dieu, s'opposer à Dieu, était la marque d'une frénésie absurde, une preuve de démence, tandis que la jalousie envers une créature est plus naturelle et vraisemblable. La différence entre Dieu et ses fils est incommensurable et inévaluable, tandis que la différence entre les anges et les hommes n'existe que dans le degré de leurs perfections respectives.
La jalousie a conduit Satan à la rébellion, qui est une faute inexcusable, mais le premier moteur de cette rébellion est beaucoup moins grave que celui qu'enseigne notre intolérance.

Mais selon une autre théorie du XVI ème siècle, la faute de Lucifer n'est pas proprement l'orgueil, la prétention de s'égaler à Dieu, mais la douleur de n'avoir pas été désigné par le Père comme l'instrument de l'Incarnation du Verbe, c'est à dire comme le futur Christ. Selon encore certains théologiens, Dieu aurait révélé aux anges son projet de manifester sa Gloire et son Amour pour les hommes en envoyant son Fils sur terre. Mais il révéla en même temps que cette manifestation visible se produirait grâce à l'union hypostatique du Verbe avec un être humain, né au sein d'une femme.
Lucifer qui estimait être la créature la plus haute et la plus parfaite, éprouva un regret mêlé d'indignation à l'égard du choix qui visait à exalter l'homme, de beaucoup son inférieur. La blessure suscita en lui un ressentiment, ce ressentiment devint de la haine et de cette haine naquit l'idée de rébellion. Il y eut donc bien un sentiment d'orgueil !
Mais la vrai raison de sa chute fut le désir de s'unir au Verbe, l'essence divine, non pour se substituer à lui, mais pour apporter un bienfait à l'humanité.
Donc Lucifer a été jeté du ciel non seulement pour son orgueil mais plus encore pour son amour envers Dieu et envers les hommes.
Cette théorie expose un sentiment de charité !
Cette théorie peut paraître absurde à ceux qui ne connaissent de la Rédemption que la doctrine d'aujourd'hui. L'incarnation, selon la dogmatique orthodoxe a pour présupposition le péché originel, la chute d'Adam, et cette chute est postérieure à la chute de Lucifer. Alors comment Lucifer a pu avant sa rébellion, devenir le tentateur ou imaginer qu'Adam tomberait, même s'il n'était pas induit en tentation ?

Mais le hic c'est que l'incarnation implique une manifestation corporelle et Lucifer étant un ange n'avait rien de corporel. L'incarnation - telle qu'elle s'est effectivement produite - devait se terminer par la passion, c'est à dire par la mort du Messie, et Lucifer, esprit pure ne pouvait être mis à mort.
Le dominicain Catalino et le jésuite Suarez ont cru et soutenu que la vrai cause de la rébellion de Lucifer est bien le désir d'obtenir l'union hypostatique avec le verbe, c'est à dire avec le Christ, et non l'orgueil.

Dante dans « le Paradis » écrit ceci :

.....le premier orgueilleux qui fut la somme de toutes les créatures, pour ne pas attendre la lumière, tomba acerbe (comme un fruit vert).....

Aux théories que je viens de citer s'ajoute une autre de laquelle on n'a aucune trace dans la scolastique médiévale : l'impatience.
Dante fait toujours allusion par « lumière » à la grâce : donc Lucifer impatient ne sut pas attendre la plénitude de la grâce et c'est pourquoi il tomba avant temps.

Mais que signifie au juste « ne pas attendre la lumière » ? Est-il possible que l'ange le plus parfait ait eu besoin d'un souffle progressif pour comprendre mieux l'unicité du Créateur ?

Si l'on tient pour vraie l'hypothèse de Dante, Lucifer a péché deux fois : par orgueil et par impatience. Mais ce dernier péché se trouve être le premier, et le plus grave, puisqu'il a suscité l'autre ; si Lucifer avait été capable d'attendre, il se serait avisé que son orgueil n'était que pure folie.

Autre chose encore ! On sait par enseignement que le péché de Lucifer fut l'orgueil et que l'orgueil chez les hommes est le péché diabolique par excellence.

Mais fut il le seul à enseigner l'orgueil ?

Dans la bible on peut lire ces paroles de Dieu :
« J'ai dit : Vous êtes des Dieux. Vous êtes tous Fils du très Haut »

Et Christ reprendra ces termes envers les Pharisiens en disant :
« N'est il pas écrit dans votre loi : vous êtes des Dieux ?...elle nomme dieux ceux auxquels la parole de Dieu a été donnée, et l'Ecriture ne peut être abolie. »

Donc Dieu considère certains hommes comme des dieux.
Ne les invite-il pas à l'orgueil?

NON SERVIAM: On reproche à Lucifer cette fameuse parole! Mais cette parole fut elle vraiment prononcée par le prince des anges?Dieu n'a t il pas concédé à ses créatures et particulièrement aux anges une libre volonté? Dieu n'a t il pas dit aux hommes: " La vérité vous rendra libres!" Et Lucifer déjà favorisé par la grâce de Dieu n'était il pas entièrement libre?
Car s'il n'était pas libre, comment aurait il pu se révolter contre le Créateur?
Le désir de ne pas servir, c'est à dire la liberté, n'a t il pas toujours été l'une des marques des esprits fiers et généreux?


Donc ce n'est pas le refus de servir, mais le choix qu'il fit de la haine, la jalousie, l'envie, l'arrogance, qui fut la chute de Lucifer.

Mais quelle fut la véritable raison pour laquelle Lucifer fut saisi par le péché originel?
On sait que Dieu créa Lucifer le plus haut et le plus parfait de ses anges.
Cette supériorité est d'ailleurs admise par tous les théologiens.
Mais c'est aussi cette supériorité, voulu par Dieu, qui fut la cause première de son orgueil et de sa ruine!
Dieu le créa plus haut que tous les autres, mais celui qui est plus haut est plus sujet à l'orgueil. C'est pour cela que Lucifer fut le premier à tomber dans le péché et à se révolter contre Dieu.
Mais ce raisonnement peut prêter à des reflexions qui peuvent renverser la conception sur la chute des anges rebelles.
Si Dieu sait tout, voit tout, prévoit toute chose, il devait donc savoir que Lucifer en raison de sa supériorité était exposé à tomber et qu'il tomberait. Ce don de libre volonté exposé dans le post précédent, devait donc donner à Lucifer la possibilité de pécher et de tomber.
Sa supériorité fut ce que déclencha l'orgueil, et la liberté fut ce qui rendit sa chute possible.
Dieu créa un monde où le péché est possible, la révolte possible, le mal est possible, la perdition possible.
S'il n'existait pas au monde la possibilité du mal, la liberté angélique et la liberté humaine auraient pu exercer un choix libre entre les différents ordres du bien, des bonnes oeuvres, et des actions justes.
Ce n'est pas Lucifer qui a crée le monde, il ne s'est pas créé tout seul, ce n'est donc pas sa faute si l'ordre du monde permet et tolère le péché.

Si Dieu est l'auteur et le législateur universel, si rien n'est possible ne concevable sans sa volonté et sa loi, on peut en conclure qu'il a sa part de responsabilité dans ce qui est advenu à ses créatures.

Il les a créées de cette façon, placées dans une réalité qui est aussi sa création et où tout est possible! C'est donc en lui seul que toute chose admirable ou terrible, a sa cause et son principe.

Dans ce cas peut on rééllement rejeter toute la faute sur Lucifer?

Si Dieu est amour il doit forcément être aussi douleur.
Si Dieu aime ses créatures, Dieu doit souffrir !
Et si Dieu par nature est infini en tout, on peut penser que sa douleur est infinie également , comme est infini son amour.
On ne réfléchi pas à cette souffrance de Dieu.
La création, le fruit de son amour et de sa volonté de faire participer d'autres êtres à la joie de sa perfection, fur une cause et un moyen de perdition.
Il désirait élever, exalter, faire monter les créatures jusqu'à la cime où le non-être peut atteindre l'être, e il dut assister aux abandons, aux révoltes, aux désertions, aux chutes.
Il avait créé un ange plus parfait que les autres, plus proche de lui, plus semblable à lui, et cet ange tomba.
Il avait créé un être miraculeux, modelé de ses mains, animé de son souffle, pourvu de conscience et de science, et l'homme aussi tomba.
La plus divine des créatures célestes se leva contre Dieu.
La plus divine des créatures terrestres désobéit à Dieu.
Ni l'une ni l'autre n'ont pu refuser les privilèges de la liberté.

Le châtiment de Lucifer n'est il pas également le châtiment de Dieu ?
Lucifer a été condamné pour ne pas pouvoir aimer, Dieu est condamné à une peine semblable, il aime sans être payé en retour.
Quelle divine tragédie !

Dieu a condamné Lucifer , mais il ne peut le haïr et ne le pourra jamais.
Car au dessus de cet abîme, il existe un abîme plus immense : celui de son amour.
Parce que Lucifer était semblable à Dieu, il l'aimait plus que les autres. Ne l'aime t il pas d'avantage encore, maintenant qu'il est devenu désespérément malheureux ?

Le châtiment de Lucifer est horrible !
Il n'aime plus, n'est plus capable d'aimer.
Dieu le sait et il souffre de ce malheur.
Mais l'amour qu';on porte à un malheureux est nécessairement douloureux.
Mais Lucifer ne peut répondre à cet amour, car sa condamnation consiste en cette absolue privation, cette incapacité d'aimer.
Mais Dieu aime celui là même qui est condamné à ne pas aimer.
Pour que Lucifer redevienne à son premier état, il suffirait d'un mouvement d'amour pour qu'il reprenne à nouveau son vol de l'abîme des profondeurs vers l'abîme des sommets, mais il est incapable de ce mouvement.
Il est nécessaire que quelqu'un lui tende la main et rallume son esprit.
Ce quelqu'un ne peut être Dieu.
Ce quelqu'un ne saurait être que l'homme.
Mais l'homme ne sait pas, ne se souvient pas ou ne veut pas.
Il devait être le sauveur de Satan et au contraire il est devenu son esclave.
Celui qui l'aide à rester où il est.
Adam aurait du servir d'appât pour le retour de Lucifer.
Là était l'espoir de Dieu.
Espoir aussitôt déçu et trahi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ashril
Membre
Membre


Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 31
Localisation : Quelque part dans le sud de l'exagone
Emploi : étudiant
Loisirs : Dessin, Peinture, méditation.
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: DIEU ET LE DIABLE   10/7/2009, 18:51

Le dogme du sataniste contemporain c'est de prier baphomète sans y croire dise t'il pour se moquer du christianisme; satan est pour eu une force de la nature comme le dieu pan.
L'athéisme se protège de satan car il n'y croit pas non?

Pourtant d'après les satanistes sont dise t-il athé mais s'affirme comme sataniste qu'il considère être un mouvement philosophique.

Ce qui se tourne vers Satan sont des rebelles contre la religion et s'est mensonge... Seule l'ego compte, donc je dirai que l'image de satan et trop prise à la légère par les athés et satan devient un symbole de rébelion anarchique (utilisé abusivement par les groupes de métal) du coups il est omni présent dans notre inconsient.

Baudelaire: « la plus belle
des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ».


Moi je dit que c'est le diable qui imite dieu non l'inverse. Bien que pour moi dieu ne soit qu'un consepte mais sais-ont jamais.

Le consepte dieu contre satan sont les principes de dualité tout comme la foi fanatique contre l'athéisme on veut toujours casser les lois du tao "le bien contre le mal" mais l'association peut donner la trinité: Le sursoit il faut savoir dépasser ces croyance et toute accepter c'est mon interprétation un peu personnel je l'admet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Schaemann
Membre
Membre


Masculin
Nombre de messages : 264
Age : 36
Localisation : Chez les Nalsaciens, avec moulte vinasse et cervoise délectueuse
Emploi : Plusieurs tuyaux à mon orgue
Loisirs : Euh! c'étais quoi la question déjà?
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: DIEU ET LE DIABLE   17/7/2009, 17:53

J'ai une petite biographie concernant la création de l'église de Satan, Aton Lavey, attendez voir que je cherche....
Ah voilà!...

Anton Szandor LaVey, de son vrai nom Howard Stanton Levey, surnommé dès son plus jeune âge Tony LaVey, d'origine juive, est né à Chicago, fils de Gertrude Augusta Coulton et de Michael Joseph Lavey, un marchand de liqueur originaire du Nebraska. Sa famille déménagea alors qu'il était encore enfant en Californie, ainsi il passa la majeure partie de son enfance à San
Francisco, ville qu'il quitta ensuite pour Globe dans l'Arizona.
D'après sa biographie, ses ancêtres sont originaires de France, (Alsace), d'Allemagne, de Russie et de Roumanie. Ses parents ont essayé de développer ses capacités musicales en lui faisant essayer divers instruments, notamment l'orgue.



Sa biographie parle d'ailleurs de sa désertion de l'université pour s'engager dans un cirque. Il mentionna que le fait de voir tant de personnes attendre avec impatience la nuit du samedi soir en pensant aux écarts de conduite qu'ils allaient faire et de les voir le lendemain prier à l'église, lui donna une vision très cynique de la religion. Lavey eut ensuite de nombreux petits boulots dans des bars. Il prétendit même avoir eu une relation avec Marilyn Monroe.

LaVey revint ensuite à San Francisco où il travailla pendant un court moment comme photographe au département de police. Cependant cet épisode de sa vie a été mis en doute par des biographes car ceux-ci n'ont jamais retrouvé de traces de son passage dans les fichiers de la police.

LaVey se maria avec Carole Lansing avec qui il eut sa première fille : Karla LaVey née en 1952. Ils divorcèrent en 1960 après que LaVey eut commencé une relation avec Diane Hegarty. Hegarty et LaVey ne se sont jamais mariés mais ils ont vécu ensemble pendant plusieurs années. Il eut avec elle une seconde fille : Zeena Galatea LaVey née en 1963.

Devenu une célébrité locale grâce à ses recherches sur le paranormal et à ses performances d'organiste, il essaya d'attirer les notables de San Francisco à ses soirées.
LaVey commença à présenter le vendredi soir des lectures sur le thème de l'occulte dans un cercle appelé le "Magic Circle". Un membre de ce cercle proposa de jeter les bases d'une nouvelle religion. Le 30 avril 1966, il déclarait la fondation de l'église de Satan. Cet événement attira l'attention des médias qui se mirent à le surnommer le "pape noir". LaVey commença à présider des cérémonie de baptêmes sataniques (ce qu'il fit sur sa fille Zeena) et des funérailles sataniques.

Il s'inspira des idées de Ayn Rand, et Aleister Crowley pour écrire la Bible satanique, livre qui rassemblait les thèses de l'église de Satan. Lavey prônait un satanisme basé sur l'individualisme et le matérialisme. Il voyait Satan non comme une entité d'essence spirituelle, mais comme un symbole littéraire des valeurs terrestres de ce monde. Il déclara l'an premier de l'ère
satanique le trente avril 1966 pendant la Nuit de Walpurgis. Cette même année, il a écrit la Bible Satanique et fonda donc l'Église de Satan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandore.net/agora/index.php
Jidty
Administrateur
Administrateur


Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 30
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: DIEU ET LE DIABLE   18/7/2009, 17:36

Satan...

Je me souviens, on m'avait dit que Satan représentait dans la bible le "matériel".

Merci Schaemann pour cette biographie.

Jidty

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
ashril
Membre
Membre


Masculin
Nombre de messages : 88
Age : 31
Localisation : Quelque part dans le sud de l'exagone
Emploi : étudiant
Loisirs : Dessin, Peinture, méditation.
Date d'inscription : 06/07/2009

MessageSujet: Re: DIEU ET LE DIABLE   18/7/2009, 22:38

C'est claire,
Merci Schaemann pour cette biographie.

J'ai entendu dire que c'était même la matière en l'absence méthamatière selon les gnostiques (satan= le démiurge).

Le gnosticisme est un mouvement religieux regroupant des doctrines variées du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient
qui se caractérisent généralement par la croyance que les hommes sont
des âmes divines emprisonnées dans un monde matériel créé par un dieu
mauvais ou imparfait appelé le démiurge. Le mouvement connut son apogée au cours du IIe siècle.
Le démiurge peut être considéré comme une incarnation du mal, ou
comme un dieu bon mais imparfait. Il existe aux côtés d'un autre être
suprême plus éloigné et dont la connaissance est difficile, qui incarne
le bien. Afin de se libérer du monde matériel inférieur, l'homme a
besoin de la gnose, soit la connaissance spirituelle ésotérique disponible à travers l'expérience directe ou la connaissance (gnose) de l'être suprême.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DIEU ET LE DIABLE   Aujourd'hui à 15:34

Revenir en haut Aller en bas
 
DIEU ET LE DIABLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dieu contre le Diable
» Signes où on reconnaît l’esprit de Dieu ou du diable dans les visions...
» Le démon peut donner des révélations privés (St Jean de la Croix)
» Qu'en pensez vous ???
» As-tu remarqué mon serviteur Job ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liber Draconis ::  À travers l'histoire et la féérie  :: Religions -
Sauter vers: