Liber Draconis

Forum dédié à la Magie et aux autres sciences occultes traditionnelles
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le rapport aux autres dans la philosophie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Autrui est-il nécessaire à mon cheminement intellectuel ?
Totalement, je ne peux rien faire sans.
25%
 25% [ 3 ]
Oui, mais pas toujours, il peut même parfois se révéler être un obstacle.
75%
 75% [ 9 ]
Absolument pas, l’introspection ne me suffit.
0%
 0% [ 0 ]
Je n'ai pas compris la question (et je me manifeste en posant des questions).
0%
 0% [ 0 ]
Je n'ai pas entamé de tel "cheminement".
0%
 0% [ 0 ]
M'en fous.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 12
 

AuteurMessage
Daemon-thot
Membre
Membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 29
Localisation : Paris
Emploi : Etudiant
Loisirs : Philosophie, arts martiaux, sport, informatique
Date d'inscription : 13/03/2009

MessageSujet: Le rapport aux autres dans la philosophie.   30/3/2009, 15:00

En ce moment je travaille sur les bienfaits de la dialectique dans la philosophie, et plus encore, je dirais sur sa nécessité.

Il faut dire que, si les courants anciens - même quand il s'agit de démarches à caractère "scientifique" - se prêtent relativement bien à l'assimilation avec le mysticisme, dès que l'on sort un peu de l'internet, et plus particulièrement des forums ésotériques, cela change radicalement.

Analytique, antique, la philosophie a beaucoup de visages, et des plus variés, parfois certains prennent même l'aspect de cancers intestinaux.

Et comme il n'y a pas de raison que ces passionnants débats restent limités au cercle des académiciens, je vais tenter d'introduire le sujet sur ce forum ; ensuite, si il vous intéresse, j'éclaircirai par quelques explications qui nous aiderons à nous rendre directement au cœur du problème.

Pour l'instant, je vous pose donc la question suivante:

Pensez-vous qu'autrui soit nécessaire à votre cheminement intellectuel (il ne s'agit déjà plus de découverte de soi), et si oui, dans quelle mesure, et sur quel plan ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jidty
Administrateur
Administrateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1497
Age : 31
Localisation : Québec, canada
Emploi : Plusieurs
Loisirs : Divers et variés.
Date d'inscription : 05/11/2006

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   30/3/2009, 15:16

(il ne s'agit déjà plus de découverte de soi,)

Connait-toi toi-même et tu connaitra le monde


Vois de l'extérieur pour amener en toi de nouvelles choses, de nouvelles pensées.
Et de tes pensées vers l'extérieur pour expérimenter l'intérieur.

Je te répondrais que les deux restent constamment liés.
Et ce, sur tout les plans.
Et comme autrui fait partie du monde extérieur,...

Jidty

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pages.infinit.net/joannie/index.html
Schaemann
Membre
Membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 264
Age : 37
Localisation : Chez les Nalsaciens, avec moulte vinasse et cervoise délectueuse
Emploi : Plusieurs tuyaux à mon orgue
Loisirs : Euh! c'étais quoi la question déjà?
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   31/3/2009, 18:56

Difficile de répondre car, je ne vais jamais vers autrui pour apprendre, c'est autrui qui vient vers moi pour m'apprendre exactement ce que j'ai besoin de savoir sur le moment même, que cela soi intellectuel, spirituel etc... Si je ne vais pas vers l'autre c'est parce que j'ai souvent eu des mauvaises expériences à y aller, et perdu quelques potes en passant. Peut-être que je leur ai fait peur? Pourtant j'étais sûr qu'ils avaient besoins d'apprendre ce que je leur ai dit avant qu'il ne disparaissent de ma vie amicale.

Maintenant je laisse faire ce que j'appelle l'évidence, et l'évidence vient à moi, tel un aimant le savoir dont j'ai besoin se fixe à mon être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandore.net/agora/index.php
Daemon-thot
Membre
Membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 29
Localisation : Paris
Emploi : Etudiant
Loisirs : Philosophie, arts martiaux, sport, informatique
Date d'inscription : 13/03/2009

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   1/4/2009, 01:29

Ou peut être simplement parviens-tu à tirer connaissance de tout ce qui se présente. Une forme d'interprétation, en somme.

Il est vrai que les individus que l'on croise au quotidient sont rarement prêts à entendre un discours qui les ferait sortir de leur inertie.
Notre simple présence en ce forum en est la preuve, car si nous trouvions ce que nous cherchons sur la voie de la connaissance (ou du pouvoir pour certains) "irl", comme on dit, ne songerions même pas à arpenter la toile.

D'autres réponses ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sunai
Membre
Membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 141
Age : 25
Localisation : Bord de mer
Emploi : rien
Loisirs : c'est les vacances, donc repos
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   1/4/2009, 10:05

Je ne pense pas qu'aller au contact des autres soit forcément la meilleure des choses (surtout a cause des "autres" qui m'entourent Sad ).
Je pense plutôt qu' " une bibliotheque bien remplie vaut tous les amis du monde ".
Ce n'est que mon avis en ce moment et dans ma situation... Qui sait ce que je penserai après ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sculler
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 848
Age : 53
Date d'inscription : 16/11/2006

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   1/4/2009, 14:26

Le cheminement intellectuel ... Qu'est-ce donc que cela au juste ?

Un cheminement intellectuel ... C'est le "raisonnement", non ? C'est le chemin qu'emprunte l'intellect pour accomplir son oeuvre ? C'est le chemin de la réflexion, l'enchaînement des causes et des effets, des hypothèses et des conséquences ...

A quoi nous sont utiles les autres dans ce processus ?

Ma foi, ils nous sont utiles pour confronter justement notre raisonnement au leur, pour valider ou infirmer des options et des hyspothèses, pour intégrer d'autres paradigmes, d'autres manières de voir les choses, d'autres conclusions possibles.

Et les autres nous sont-ils nécessaires ? Je pense que le raisonnement par l'absurde, bien connu en mathématiques et dans la doctrine cartésienne pourrait s'appliquer à la question.

Imaginons que les autres ne soient pas là, mon "cheminement intellectuel" aurait-il quelques chances d'aller loin, de franchir les fossés qui s'ouvrent dans son tracé en raison de mes lacunes, de mes ignorances, de mes erreurs de jugement ?

A chacun de voir ce qu'il en pense.

Sculler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agasaya
Membre
Membre
avatar

Féminin
Nombre de messages : 57
Age : 38
Localisation : Belgique
Emploi : bohème
Loisirs : rever d'un monde meilleur...
Date d'inscription : 06/03/2009

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   1/4/2009, 14:47

Pou moi , les obstacles sont une force que nous n'avons pas encore apprivoisé.
On a besoin d'obstacles pour ensuite avancer , meme le negatif et les erreurs font partie du processus d'apprentissage.
Et on ne rencontre pas les gens qu'on rencontre pour rien.Ils ont été mis sur notre chemin pour une raison...
Je suis la seule à avoir répondu la première solution , et pourtant je suis caractérisée d'anti-sociale au boulot!
Simplement , je laisse les gens qui en valent la peine percer ma carapace , mon bouclier n'est pas complètement hermétique , il est juste sélectif!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gémeaux
Membre
Membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 365
Age : 32
Localisation : Angers
Emploi : Etudiant
Loisirs : variés
Date d'inscription : 08/11/2006

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   7/4/2009, 22:28

Anthropologiquement parlant, les hommes que nous sommes ne peuvent à la base vivre et survivre sans autrui, sans autrui pas de point de départ d'un cheminement intellectuel.


Si on passe ce "détail" et qu'on devient un homme qui parle, qui pense, bref qui à les bases (données directement ou indirectement par autrui...) pour cheminer intellectuellement; que peut on dire de bien vague et avec des mots compliqués pour paraître un poil philosophe...

Ce qui me bloque c'est le mot "nécessaire".. a t-on besoin d'autrui pour cheminer intellectuellement la réponse est clairement non, on peut tous par soi même réfléchir et avancer dans une direction.

Qu'apporte autrui à notre chemin? des directions, des croisements, et très souvent des raccourcis. En aucun cas autrui ne doit être pris pour guide, seulement pour panneau; car des destinations il y'en a des masses, souvent fort loin l'une de l'autre, laquelle est "bonne", laquelle est "la meilleure", là je n'ai aucune réponse.

En tout cas, ce chemin intellectuel c'est à nous de l'emprunter, et si on en est capable, d'en tracer de nouveaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daemon-thot
Membre
Membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 22
Age : 29
Localisation : Paris
Emploi : Etudiant
Loisirs : Philosophie, arts martiaux, sport, informatique
Date d'inscription : 13/03/2009

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   10/4/2009, 01:40

Finalement la réponse reste majoritairement qu'autrui est utile mais pas nécessaire.
Mais alors selon quel procédé effectuez vous votre parcours ?

Dernière question: Etes vous tous d'accord pour considérer que l'évolution intellectuelle passe par une remise en question des opinions que l'on a absorbées ou développées par soi même, et ce, sous forme de critique constante des insuffisances qui jalonent notre pensée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Schaemann
Membre
Membre
avatar

Masculin
Nombre de messages : 264
Age : 37
Localisation : Chez les Nalsaciens, avec moulte vinasse et cervoise délectueuse
Emploi : Plusieurs tuyaux à mon orgue
Loisirs : Euh! c'étais quoi la question déjà?
Date d'inscription : 18/08/2008

MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   26/4/2009, 12:59

Une fois arrivé à un certains point que j'appelle "limite", nous ne pouvons aller plus loin car, nous avons fais le tour du cheminement intellectuel, spirituel ou autre, donc il faut effectivement une remise en question qui nous permette de refaire encore une fois le tour de tous les acquis et de remodeler ce qui nous semble vague. Et comment peut-on faire pour cela?

Eh bien si l'on est un grand lecteur, l'on doit lire des écrivains opposés à ceux que l'on a parcouru, mais la meilleur façon est encore d'en venir...aux autres qui relanceront un débat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pandore.net/agora/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le rapport aux autres dans la philosophie.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le rapport aux autres dans la philosophie.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon frère se détruit et entraine les autres dans sa chute
» CONSEILS DE CLASSE : dans votre établissement, a-t-on respecté la date imposée?
» Aux étudiants ou autres qui souhaitent proposer un questionnaire à nos membres
» Inégalités primaire/secondaire et l'enseignant français par rapport aux autres pays
» La Philosophie Antique et le Problème de la Modalité de l’être :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liber Draconis :: L'Homme :: Psychologie, Philosophie et Spiritualité -
Sauter vers: